Les liens entre le travail créatif et pédagogique pour les 10 ans du Happython.

Article datant de novembre 2008 -

- Cela fait 10 ans que le Happython existe, quels moments vous apparaissent spontanément en faisant ce saut dans le temps ?

- Le premier moment, c'est la préparation de la premiere exposition qui a eu lieu le 19 novembre 1998, au Salon Le Corbusier, à la Fondation Suisse, avec les premiers séchoirs à linge "Porte-Bonheurs" épinglés de témoignages heureux. Ensuite, la création du premier site Internet, le 12 septembre 2001 (cette date avait été prévue 15 jours auparavant), le lendemain de l'effondrement des Twin Towers, ce jour où a démarré ce happening de record du monde des moments heureux. Il y a aussi la mise en place des Agents du Bonheur, et des personnes se sont inscrites, en France, au Maghreb, aux États-Unis et ont commencé à poser l'Heureuse question à leur famille et voisins.

Puis la première exposition citadine pour Lille 2004, Capitale Européenne de la Culture, où pendant un an, des reportages vidéos ont été réalisés, de nombreux portraits effectués et 5000 témoignages collectés à Mons en Baroeul, la ville où avait lieu l'exposition. Et aussi, en 2006, où avec une équipe d'allocataires du RMI, le Virus du Bonheur a été propagé dans la ville de Jeumont. Et à travers tout ça, de multiples rencontres et alliés dans ce projet qui ont permis que tout cela se révèle. Jusqu'à cette dernière rencontre, avec mon voisin de palier, web challenger audacieux et également ses frères, qui permettent au projet de se développer enfin au niveau où je le souhaitais depuis longtemps.

- Que va-t-il se passer pour ce dixième anniversaire du Happython ?...

- Un développement à de multiples niveaux : tout d'abord le logo. L'idée sera de toucher les habitants des villes donc, un petit clin d'oeil. Et aussi l'émergence d'un Village Happython !

- Quel est donc ce fameux Village du Happython ?

- Pour la petite histoire, quand j'ai créé le personnage de l'Agent du Bonheur, je ne savais pas encore en quoi il était relié à d'autres aspects des travaux créatifs que j'effectuais à l'époque.

Pour se remettre dans le contexte, j'avais préalablement conceptualisé et animé des stages de théâtre et de communication, où il s'agissait de mieux écouter ses besoins, de trouver des solutions adaptées, percevoir progressivement qu'il y a en nous des aptitudes d'artiste et que nous pouvions alors considérer notre vie comme une oeuvre d'art potentielle. J'ai pratiqué cela avec des publics divers : des adolescents, des demandeurs d'emplois, des chefs d'entreprise, des artistes, des formateurs, etc. Il s'agissait d'ajuster ses perspectives pour rendre concordant un projet personnel et professionnel. A savoir l'écoute, l'intuition, un peu d'organisation, et l'envie de se réaliser.

En fait, l'idée, c'était que lorsque nous sommes impliqués dans un projet professionnel ou personnel, il y a parfois de la confusion ou des contradictions dans nos choix de décision. Toutes ces réactions peuvent être facilement assimilées à de petits personnages en nous, qui se disputent et veulent tirer la couverture à eux-mêmes (cela ne vous est-il jamais arrivé d'être assommé de bavardages incessants dans votre tête et de vous sentir tiraillé ? :) L'intérêt était de mieux saisir ces "parties internes", mieux les écouter et les prendre en considération. C'est un chemin qui tend vers l'élégance et le moindre effort. :-)

Une métaphore était proposée, celle du fameux "Village". Une partie de cet atelier créatif d'orientation consistait à mieux connaître les "villageois" de son propre village, écouter ce qu'ils disent vraiment, comprendre les besoins cachés.

Donc, dans ce Village, on trouvait ses six facettes : l'Aquoiboniste, le Timoré, le Forçat, le Flasheur, le Copiste et l'Original. Soit dit en passant, ils ne s'entendent pas très bien entre eux. Il y a heureusement un autre personnage, le septième, le Médiateur, qui sait les écouter, c'est même grâce à lui, qu'ils s'écoutent enfin mutuellement.

En parallèle, j'avançais sur le Happython, voyant les effets de l'Agent du Bonheur dans ses entretiens avec ses contemporains. Apparemment, ce jeu intéressait les gens, et moi aussi, alors je continuais de m'inviter à sentir ce qui me rendait heureux de mon côté : notamment développer cette dynamique !

J'avançais donc dans l'élaboration de nouveaux sites, la Bourse des Valeurs Vraies, mis en ligne en 2002 (et qui réapparaitrait d'ici quelques temps, version améliorée), où il s'agissait de miser son Capital d'Attention, sur les valeurs humaines qu'on voulait voir émerger dans le monde, et je me disais : " Tiens, ce serait marrant qu'il y ait aussi un Agent sur ce site mais quel pourrait être sa question à lui ? ". Je remettais cette question à plus tard, puisque je n'avais aucune réponse ! Mais l'idée de sentir comment faire grandir ce Happython, au niveau virtuel et réel, continuait d'attiser mon intérêt.

Je conceptualisais un autre site, où les personnes se rendraient des services, un peu à l'image de ce film de Mimi Lader, avec Kevin Spacey, "Un monde meilleur" et je me disais : "Tiens, ici, ça pourrait etre un Agent de Service ou tout simplement un Agent Actif ?". Et je continuais à laisser venir, un autre site et un autre, et de nouvelles questions, réponses en mouvement et architectures diverses. A la fin de ces explorations, j'en arrivais à 7 univers multifonctionnels, et donc 7 Agents !

Je regardais ces Agents et un jour, un peu par hasard, je les mis en perspective avec ces Villageois du fameux Village dont je parlais précédemment. Tous ces petits personnages se ressemblaient un peu, et je me suis dit : "Le Flasheur aurait très bien pu poser cette question du bonheur, j'aurai dû y penser avant d'inventer l'Agent du Bonheur, j'aurais pu faire que ces deux univers se mélangent ! Et ce Forçat aurait bien pu être l'Agent Actif, qui rendrait des services si..."

Soudain, je me rendis compte que les personnages du Village et des Agents étaient complémentaires !! J'ai eu là l'idée d'enrichir la pédagogie de l'atelier de ces nouveaux éléments pour en faciliter la compréhension et souligner le relief du changement : une nouvelle voie créative s'ouvrait en parallèle pour le Happython !

Il ne s'agissait finalement que d'améliorer la métaphore du Village et d'effectuer une transformation où les Villageois devenaient des Agents. C'était de toute manière ce qui se passait dans le stage car, une fois que le Médiateur arrivait, l'écoute s'effectuait et l'Aquoiboniste, par exemple, lâchait son cynisme et en dépoussiérant ses doutes, trouvait l'intéret du sens (j'en profitais pour l'appeler "Agent Dépoussiérant" !) !

Aussitôt dit, aussitôt fait, je me mis au travail et j'écrivais une nouvelle version : quand un Villageois s'écoutait, il écoutait davantage les autres, et j'ajoutais une transformation : il devenait "Agent", quand il agissait en accord avec ses besoins et "agençait" le projet du Village, il co-créait avec ses semblables et un projet collectif semblait se dessiner, qui ne pouvait exister sans l'apport créatif de chacun.

Un film a été tourné sur ce sujet, dans le cadre de l'Exposition Citadine à Jeumont en 2006 et avait été projeté à l'équipe des "Agents du Bonheur" (les allocataires du RMI, comment devenir artiste de sa vie 1 & 2 et le reportage des expositions citadines) Avec le Villageois Flasheur qui se transforme en Agent du Bonheur et les autres Villageois vivant la même transformation : le Timoré en Agent Double Optique, le Forçat en Agent Actif, l'Aquoiboniste en Agent Dépoussiérant, le Copiste en Agent d'Idéal et l'original en Agent Haute Fidélité, et le tout en Agent Multidimensionnel, bref...

La relation entre le travail pédagogique et ludique du stage et celui du Happython ne m'est pas apparue tout de suite, c'était pour moi deux mondes différents, ce n'est qu'en avançant que ça m'a paru évident ! Il y avait d'un côté, un travail personnel ou de groupe, pour affiner son regard dans sa propre sphère d'idées, ses choix, sentir les directions inspirantes. D'un autre côté, un travail d'exposition, dans le collectif, avec un agent un peu particulier, qui avait pour job de se poser l'heureuse question et de la poser aux autres, de collecter les moments heureux et de les mettre en valeur.

En fait, l'idée de ce Village était déja présente dans le Happython sans le savoir. En effet, l'Agent du Bonheur était un des Villageois, le Flasheur, qui s'écoute enfin, satisfait ses besoins d'être en vie, d'être créatif, de partager et finalement d'être heureux !!! Alors que le Flasheur, devenu l'Agent du Bonheur, avait un rôle défini dans le jeu du Happython : poser l'heureuse question en vue d'exposer les réponses via des installations et des vidéos, il ne restait plus qu'à imaginer comment les autres Villageois allaient devenir Agents et interagir dans le Happython. C'était assez facile !!

En résumé, le fait de créer du lien entre l'individu et le collectif, l'interne et l'externe, voir tout cela comme un dessin-animé grandeur nature et dans une perspective globale d'oeuvre et d'ouvrage collectif répondait à mon inspiration.

- Et quel est le but de ce nouveau Happython ?

- Le but, c'est de créer une carte mondiale des interactions inspirantes et voir la progression du Capital d'Attention Collective (CAC). Mettre en place une interface globale qui propose d'endosser 7 rôles ludiques "d'Agents" pour que l'individu s'amuse à vivre ses valeurs, rapporte ses actions sur l'interface dont le rôle sera de rendre perceptif le "Pote-en-Ciel" actif de l'humanité.

L'idée est d'envisager le Happython comme un jeu multidimensionnel de société où les agents/joueurs suivent un parcours où il s'agit de miser son "Capital d'Attention" dans le fait de créer, d'agir et de co-créer. Il s'agit de développer le Virus du Bonheur, en soi, autour de soi et dans sa ville (tout en sachant qu'il n'y a aucune obligation !)

La personne investit son Capital d'Attention (en PDP = Points de Présence) ou elle préfère (idée, action, projet, lieu,.). Et pour en obtenir, elle doit s'inscrire en tant qu'"Agent"! Quand un certain quota sera atteint et visible sur la carte, les villes atteintes du Virus du Bonheur seront invitées à développer de manière plus concrète ce virus, via une Exposition Citadine !

- Et concrétement ?

- En résumé :

1/ Les gens s'inscrivent...
2/ ... témoignent, agissent, interagissent...
3/ ... misent leur Capital d'Attention sur la ville de leur choix...
4/ La ville touchée par le virus du bonheur apparaît sur la carte...
5/ Cette ville est invitée à participer à une Exposition Citadine comme à Mons en Baroeul pour Lille 2004 et Jeumont, en 2006
6/ L'événement, qui a eu lieu, est rapporté sur l'interface de manière à créer un intéret pour d'autres personnes, pour retrouver l'étape 1.

- Un petit éclaircissement sur ce qu'est le Capital d'attention ?... et les Points de Présence (PDP) ?

- Le concept de "Capital d'Attention" est intéressant ! L'idée de prendre conscience de l'association de ces deux termes : "Capital" et "Attention", et de populariser ce concept avec le Happython est à la fois inattendu et plutôt attrayant !

De nos jours, il est utile de saisir qu'avant de miser son capital financier, savoir où on mise son capital d'attention est au moins aussi pertinent ! Dans un premier temps, il semble que l’attention est une « denrée » accessible à profusion. Elle nous permet d’investir dans les réalités et les valeurs humaines que nous voulons faire éclore. Plus nous sommes attentifs et plus nous sommes présents, lucides et libres. Libres de choisir, de décider, d'être en vie, de dire oui, de dire non, de s'engager et surtout d'être présent à son propre monde. Une personne qui n'est pas attentive est absente, et si elle n'est pas là qui vit à sa place ?

Dans un second temps, on définit le capital comme étant l'ensemble des biens monétaires ou autres, possédés par une personne ou une entreprise, constituant un patrimoine et pouvant rapporter un revenu. C'est aussi la somme d'argent représentant l'élément principal d'une dette et produisant des intérets.

Par extension, le "capital d'attention" est une somme d'énergie possédée par une personne constituant son patrimoine de liberté quant à décider quels effets pourront être produits dans le monde.

Le Point de Présence (PDP, qui constitue l'unité monétaire du Capital d'Attention), c'est le premier grain de matière (virtuelle) qui construira l'édifice d'un monde où les valeurs humaines sont vécues et partagées. Une personne possède une certaine quantité de points de présence qui lui sert à s'identifier à ses valeurs, ses convictions, ou à tout autre objet de ses désirs, c'est son capital d'attention. On peut investir un point de présence pour rendre quelque chose plus réel, et on peut enlever un point de présence, ce qui enlève de la réalité à une chose dite réelle.

Pour infos, ce qui est absent n'est pas encore là, mais ça ne signifie pas que ça n'existera pas. Pour rendre quelque chose présent, il est important d'y croire, de le vivre, d'agir en accord et de le partager avec les autres. Alors, ce qui paraissait absent devient présent. Et réciproquement, ce qui est présent est déja là, mais ça ne signifie pas que ça existera toujours. Pour rendre quelque chose absent, il est important d'arrêter d'y croire, de cesser de le vivre, et de ne plus agir en accord avec cette réalité. Alors, ce qui paraissait présent devient absent.

- D'autres choses à ajouter ?....

- Oui et pas des moindres et c'est la grande nouveauté : en tant qu'inscrit et Agent (du Bonheur, Dépoussiérant, Actif, etc), vous allez obtenir un certain nombre de PDP (Point de Présence), selon que vous témoigniez ou fassiez témoigner ou que vous meniez nombre d'actions en accord avec vos valeurs, etc . Vous aurez alors la possibilité "d'illuminer" une ville, village, région, de bonheur en projetant votre Capital d'Attention et vous aurez des Bons du Trésor Citadins en retour !! Et vous pourrez vous associer avec d'autres pour ça !!

Arrivé à l'équivalent de 10 % de la population en PDP (un habitant = 10 PDP / un témoignage ou un service rendu, par exemple), le virus commence à prendre, la ville apparaît sur la Carte du Monde Happython.

Et progressivement, on verra apparaître de vrais piques de moments heureux partagés. Un autre élément plutôt intéressant sera qu'on pourra présenter un projet personnel auquel on tient, un "auto-projet de service" et faire que des personnes nous aident à le réaliser.

Pour finir, je remercie chaleureusement tous ceux qui m'ont aidés jusqu'a présent, et ceux qui le feront dans le futur... aux amis, aux questionneurs et répondeurs d'ici et d'ailleurs, qui aident, chacun à leur niveau, pour que cela arrive...

Merci à toutes celles et tous ceux qui s'amusent à répandre ce Virus du Bonheur et ont participé de près ou de loin, abstraitement et concrètement, à agrandir cette possibilité d'une légèreté intense mais durable dans le temps. Merci aux autres, qui nous obligent à discerner la communication, la créativité, la compassion et la simplicité avec une plus grande élégance et une lucidité renouvelée. Merci de participer chacun à votre niveau à un monde qui nous inspire.

Je dédie le travail effectué et celui qui reste à faire, à tous ceux qu'on a aimés, qui sont passés de l'autre côté, et à tous les moments heureux qu'il nous reste à créer, avant de les retrouver... ou pas. :-)